L’idée de changement est l’axe temporel et conceptuel de l’œuvre de Ricardo. Il est intéressé par “l’espace intermédiaire”, en regardant le processus comme un moment qui révèle le paradoxe et la tension entre deux forces opposées. Il a choisi la modernisation de la ville et la transformation du paysage pour parler de l’absurdité que représentent les projets humains, définissant la Modernité comme un geste primitif qui est répété dans le temps. Ricardo tiens aussi au concept d’image latente, parce que cela représente une contradiction en soi. C’est une trace invisible, à la fois nature existante et à la fois non existante, un témoin silencieux et une possibilité.